Réalisation - Chorégraphie

 (LA)HORDE -Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel, Céline Signoret 

 

 

 

 

Dans le film de 16 minutes intitulé Novaciéries (LA)HORDE met en place une situation contemplative où les différents aspect du jumpstyle - une danse issue du mouvement mainstream hardcore - sont mis en scène et réinterprétés pour livrer un compte rendu mystérieux des différents aspects du développement d'une danse post-internet. Le film est un projet global qui mélange des images cinématographiques réalisées par (LA)HORDE lors du tournage avec une équipe de cinéma, des captations d'une performance avec les interprètes du film et des images d'archives réalisées par les interprètes eux même (homemade videos). La caméra suit des danseurs et une chanteuse dans une ancienne aciérie abandonnée. Les protagonistes exécutent et répètent des gestes de HardJump et de Hakken au rythme des machines et de l'hymne Hardcore "Hardcore to the Bone" proclamé par la chanteuse lyrique. Il en découle une errance des différents interprètes avant de se retrouver pour livrer un spectacle sans public. On oscille tout du long entre la vision idéalisée de leur représentation et la réalité de sa visibilité.

 

Mélangeant cinéma, performance et home vidéo, Novaciéries transcende le film dansé pour faire un portrait chorégraphié et métaphysique du monde post-industriel en réinterprétant une danse post-internet.

 

 

 

Director : Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel, Céline Signoret

Cinematographer : Kaname Onoyama

First assistant camera : Maëlle Lavillaureix

Steadicam Operator : Guillaume Quilichini

Firt assistant director : Flore Silly

Gaffer : Hugo Paturel

Best boy : Adrien Anquetil

Production sound mixer : Baptiste Marie

Sound : Richard Frances, Maxime Daoud, Adrien Daoud

Opera singer : Eve Coquart

Editing : Edouard Mailaender

Costume Designer : Lily Sato

Unit Manager : Arnaud Goujon

 

Interprétation : Valentin Basset, Rodolphe Berger, Eve Coquart, Garance Coquart, Ylva Falk, Hugo Hermanvillier, Kevin Martinelli, Théo Michallet, Edgar Scassa, Loïc Vinciguerra, Nadir Zarougui.

 

 

 

Nouveau Festival, Centre Georges Pompidou, Paris, France / 21 mai 2015

Festival Pool 15 - Berlin, Allemagne / 9 au 12 septembre 2015

Festival Tous Écran - Genève, Suisse / 6 au 14 novembre 2015

Festival BIDFF, Bucharest, Roumanie / 6 au 8 novembre 2015

Festival Corto Imola, Imola, Italie / 13 au 14 décembre 2015

FIPA, Festival international programmes audiovisuels, Biarritz, France / 19 au 24 janvier 2016

Festival Slamdance, Park City, Uthah, USA / 22 au 28 janvier 2016

Festival IFFR, Rotterdam, Hollande / 27 janvier au 7 février 2016

Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, Films en Région, France / 5 au 13 février 2016

Cinedans - Dance on screen festival, EYE, Amsterdam, Hollande / 16 au 20 mars 2016

Festival IBAFF, Murcia, Espagne / 1 au 12 mars 2016

Festival Screedance Scotland au CCA (Centre for Contemporary Arts), Glasgow, Écosse / 6 au 7 avril 2016

Loikka- Dance film festival, Helsinki, Finland / 7 au 10 avril 2016

Dance Film Festival Vol.4!, Kiev, Ukraine / 20 au 21 mai 2016

Backup_festival, Weimar, Allemagne / 18 au 22 mai 2016

DDAYS, Projection au Silencio, Paris / 3 juin 2016

Danse Élargie, Projection au Théâtre de la Ville, Paris / 18 au 19 juin 2016

FEST - New Directors | New Films Festiva, Espinho, Portugal / 20 au 27 juin 2016

The dotdotdot short film festival, Vienne, Autriche / 5 juillet au 26 aout 2016

Choreoscope - Festival Internacional de Cine de Danza de Barcelona, Espagne / 10 au 12 novembre 2016

Rencontres Internationales Paris/Berlin à la Gaîté Lyrique, Paris, France / 16 mars 2017 

Bucharest International Experimental Film Festival BIEFF, Bucarest, Roumanie / 27 mars au 2 avril 2017

Festival 10 Sentidos, the 6th Edition de Valencia, Espagne / 1 au 21 mai 2017

 

 

[ENG]

 

In the 16 minute movie entitled Novaciéries (LA)HORDE sets up a contemplative situation staging and reinterpreting Jumpstyle, a dance emerged from Mainstream Hardcore, to deliver a mysterious report on the development of a post-internet dance. The film is a global project mixing cinematographic images shot by a movie crew but also performance captations with the cast of the film and homemade videos made by the interpreters themselves shared on youtube and other platforms. The camera follows a singer and dancers wander in an abandoned steel mill. The dancers respond to the lost beat of machinery by executing Hard Jump and Hakken figures while the singer turns a Hardcore anthem "Hardcore to the bone" into a lyrical lament. We are invited to follow the wander of the interpreters until they get together to deliver a show without an audience. All along we waver between the idealized vision of their representation and the reality of its visibility.

 

 

"Novacieries is a combination of cinema, performance, and home video that transcends dance films and presents a choreographed and metaphysical portrait of the post-industrial world by reinterpreting post-internet dance."

 

 

Production : Cité Du Design, Biennale Internationale du Design de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole, Commune de Saint-Chamond, (LA)HORDE.